Le Coran est la considération des perceptions intuitives comme source de connaissance
صفحه کاربران ویژه - خروج
ورود کاربران ورود کاربران

Accéder au compte

Code de sécurité:

Identifiant:

Mot de passe:

Pour exploiter les options du site S‘inscrire LoginComment3 .
Classer par
 

Le Coran est la considération des perceptions intuitives comme source de connaissance

Question : Est-ce que le Coran reconnait les perceptions intuitives comme source d’acquisition de connaissance ?
Réponse résumée:  Dans le verset 75 de la sourate al ana’m on parle de la contemplation du ciel malakout et de la terre par Ibrahim quelque chose qui n’est possible que par intuition, le verset 105 de la sourate tawbah aussi exprime cette réalité selon laquelle les prophètes et les imams perçoivent et voient des choses qui distinguent les actes des hommes en bon et mauvais.
Réponse détaillée: Dans certains versets du Saint Coran on parle de la perception et l’intuition comme l’un des moyens pour acquérir la connaissance, certains apparaissent sous cette forme ;
1-Dans le verset 75 de la sourate al ana’m nous lions : « Ainsi Nous avons fait voir à Abraham le royaume des cieux et de la terre pour qu’il fût du nombre de ceux qui ont la certitude. »
Apres avoir évoqué le combat d’Ibrahim le héros du monothéisme contre le culte des idoles on évoque le niveau élevé de sa foi et sa certitude ainsi que sa preuve. Peut-être c’est une récompense que Dieu accorda à Ibrahim par rapport à tous ses combats contre le culte des idoles ; il lui montra la gradeur des cieux et de la terre et Ibrahim devint : « quelqu’un de la certitude » c’est à dire il a atteint la place « aynul yaqiin » et « haqqul yaqiin ».
        Comme le mot as-samàwàt apparait au pluriel accompagné de alif et làm nous savons que cela donne un sens commun. Alors on comprends que Dieu à montrer sa suprématie ( malakout ) et sa domination sur tous les cieux ; les galaxies ; les étoiles  ; les astres ; les planètes et autres ; il à également  démontrer à Ibrahim sa domination sur l’étendue de la terre ( ce qu’elle a dessus et en dessous ) le Coran traduit cette démonstration par « présentation ».
        Etant donné que L’homme  ne peut pas apercevoir toutes les réalités au moyen des yeux et des raisonnements rationnel on comprend que Dieu utilise l’intuition intérieure et lève les voiles qui couvrent nos yeux de manière ordinaire et dissimulent beaucoup de réalité. Il présente ses réalités à Ibrahim.
        Fakhu ràzii dans son tafsir soumet deux hypothèses à propos : « présenter signifie une sensation et l’autre à travers des arguments rationnels ; ensuite il explique la deuxième hypothèse en s’appuyant sur neuf arguments. 1
        Mais L’homme ne peut ni par les sens encore moins par la raison saisir tous les secrets de la royauté de Dieu sur tout l’univers ; cela a besoin d’une autre faculté de perception ; c’est pour ça que nous lisons dans tafsir fi zoulal Coran qu’il s’agit de faire connaitre à Ibrahim les choses dissimulées de la création et dévoilés certains signes gravés dans les pages du livre de la nature pour permettre à Ibrahim d’atteindre le degré accompli de la certitude. 2
        En d’autres termes Ibrahim a d’abord perçus les étapes  de l’unicité émanant et rationnel à travers la contemplation de l’apparition et du coucher du soleil de la lune et des étoiles ; armer de cela il s’est lancer à la lutte contre le culte des idoles en faisant valoir permanant  l’éco  de l’unicité qui s’étend dans tout ce grand univers ;il suivit cette voie étape par étape jusqu’au niveau ou Dieu décida de lui ouvrir le cœur pour lui permettre de voir même le fond de l’univers ; c’est pour cela que nous lisons dans un hadith de l’imam sadiq interprétant ce verset : « Dieu leva  aux yeux d’Ibrahim les voiles sur les sept cieux enfin qu’il contemplé ce qui est au-delà du trône et leva également les voiles sur les mystères de sept terres . Il fit la même chose avec Mohamad et les imams après lui ». 3
          Beaucoup de hadiths sont rapportés dans le tafsir albourhàn et tous montrent que il s’agit d’une autre forme de perception que celle  venant des sens et de la raison ; il est mentionné dans le tafsir almiizàn que le mot malakout fais allusion à l’existence des choses du point de vue de leurs attachements à Dieu  c’est-à-dire que sa vient de Dieu et leurs dépendance par rapport à son essence pure ; et c’est exactement ce que Ibrahim perçus et réalisa l’unicité absolue. 4
           Dans tafsir dourou mansour rapporte également du Prophète une tradition d’ibn Abbas qui montre que Dieu avait levé les voiles et exposer la royauté des cieux c’est-à-dire les secrets de sa puissance et sa suprématie sur les mystères de l’univers. 5
          2- Dans la sourate 105 de la sourate tawbah Dieu s’adresse au Messager de l’islam et après avoir exposé les commandements de la zakat et de l’aumône du repentir il dit : «Dis : « Agissez (travaillez), DIEU verra votre action, ainsi que Son prophète et les croyants ».
            IL n’y a aucun doute qu’on parle de voir les actes ici par Dieu il s’agit cerner tous  les actes des  hommes que ce soit les bons ou les mauvais accomplis en public ou en cachette. Et comme pour établir une liaison au niveau du fond de la phrase par rapport à la conjonction de coordination on dira aussi que le Prophète perçoit aussi ses actes car le verset se présente de manière absolue sans aucune restriction ou indication ; quand on parle de croyants maintenant selon plusieurs indices il s’agit « successeurs infaillibles du Prophète et non tous les croyants puisse qu’on ne peut pas sur la base des sens ou des arguments rationnel cerner les actes de tous les hommes ; cela explique cette réalité que le Prophète et les Imams ont une autre perception très supérieure qui leurs permettent de connaitre les bons et les mauvais actes des croyants .
        Fakhu ràzii tient des propos absurde et tout à fait contraire à la réalité lorsqu’il affirme dans son livre de commentaire : « il s’agit de tous les croyants » ensuite il se trouve confronté  aux problèmes selon lequel tous les croyants ne peuvent pas connaitre mutuellement leurs bons et mauvais actes ; il propose comme solution à ce problème cet affirmation : « en fait cela veut dire que les nouvelles de cela leurs parviennent ».
       En plus de cela beaucoup de hadith des Imams d’Ahl-ul-bayt rapportés sur l’interprétations de ses versets montrent tous que les actes des serviteurs qui font les prières du matin sont présentés au Prophète et aux Imams infaillibles ; ils voient ses actes si ce sont des péchés ils sont mécontents et si ça correspond avec l’obéissance de Dieu ils sont contents. 6
       Ce verset et tous ses traitions constituent une grande leçon pour ceux qui suivent la voie de la vérité enfin qu’ils sachent qu’il y a des grands guides qui veillent sur leurs actes. Croire en cette réalité peut avoir un effet éducatif  extraordinaire ; ainsi beaucoup de traditions de l’imam sadiq vas dans ce sens en déclarant au sujet de l’imam infaillible : « lorsque l’imamat lui atteint Dieu suscite un pilier de lumière pour lui grâce auquel il peut voir les actes des gens de n’importe quel ville ». 7
3-Dieu révèle dans la sourate al najm verset 2 à 10 : « [1] Par l’étoile quand elle s’abaisse [ou, se lève] ! votre ami [véritable] (Muhammad) ne s’est pas égaré et n’est pas dans l’erreur, ne s’exprime pas par la passion, [ce qu’il dit] n’est qu’une Révélation [qui lui est] révélée, [Gabriel la] lui a transmise, [l’ange Gabriel,] doté de force intense, doué de vigueur, s’est tenu devant [lui pour lui transmettre la Révélation], quand il était à l’horizon supérieur, puis il s’est approché, et est descendu [avec la Révélation] était à deux portées d’arcs, ou moins ».
Selon la conception d’un groupe de commentateurs de Coran ses versets parlent de la perception de Jibril par Prophète ; il a vu Jibril deux fois sous sa forme original durant toute sa vie ; la première lors du début de sa mission parce que Jibril était apparu du haut couvrant tout l’est et l’Ouest tellement il était grandiose que le Prophète était ahurit. La deuxième fois ce fut lors l’accession du Prophète dans les versets de la sourate al najm on parle des deux cas.
L’autre interprétation à propos de  ses deux perceptions est cette perception que le Prophète avait par rapport à l’essence pure de Dieu une perception par au moyen des yeux en tant qu’organe de sens mais au moyen des yeux du cœur et c’est un exemple évident de « rencontre de Dieu ou liqa’a » une expression dont l’explication détaillée apparait dans le tafsir némouneh sur ses versets  de la sourate najm. 8
De toutes les manières le verset affirme que le Prophète voyait les réalités avec les yeux du cœur et son cœur était véridique dans ce qu’il voyait et in ne mentait pas.
Cette expression en tout cas confirme la théorie de la perception et de l’intuition intérieure comme une source de connaissance pour l’homme ; un homme comme  le Prophète.
Dans tafsir al mizàn on lit qu’il ne faut pas s’étonné que Dieu attribut  ici la perception au cœur car l’être humain à d’autres moyen de perception bien au-delà des organes de sens ; de l’imagination et de la réflexion ; nous percevons pas exemple notre propre existence grâce à cette intuition nous savons que nous existons ; cette conscience de l’existence de soit ne provient pas des yeux en tant qu’organe de sens et non de la réflexion ; c’est une forme de présence et de manifestation face à sois qu’on traduis dans le Coran par : « fawàd ». 9
Certains d’autres commentateurs disent clairement que le mot « vision » dans ce verset fait allusion à cette perception avec les yeux du cœur. Dans un hadith de l’imam Abû-l Hassan ; l’Imam Ali ibn Moussa al Ridha nous lisons que l’un des compagnons lui avait demandé que le Prophète voyait son Dieu ? il lui répondît : oui  il le voyait avec les yeux du cœur ; n’as-tu pas entendu Dieu dire que ce qu’on perçoit par le cœur n’est pas mensonge ; oui le Prophète ne voyait pas Dieu avec ses yeux organes de sens mais avec les yeux du cœur ».
 Il n’y pas de doute que la perception par le cœur ne veut pas dire réflexion ou raisonnement car ce sens est évident pour tous ceux adorent Dieu dans le monde et tous les croyants et cela n’est pas réserve aux prophètes seulement. 10
4-Dans le verset 5 et 6 de la sourate at-taqàthur Dieu s’adresse aux croyants ou à tous les êtres humains : «  ça ne veut pas dire que Mais non, si seulement vous savez d’une science certaine, puissiez-vous voir la Fournaise (résultats actuels et posthumes de vos mauvaises actions),» ; Ensuite Dieu ajoute : « vous avez si vous avez la connaissance de la certitude vous aurez vus l’Enfer » quant à savoir si cette perception se passe ici-bas ou dans l’au-delà ou alors la première se passe ici et la seconde dans l’au-delà ; les commentateurs présentent une discussion dessus ce qu’on retient à partir de la forme du verset est que le deuxième verset évoque l’enfer le jour du jugement car après cela il dit : « ensuite vous serez demandé par rapport aux bienfaits de Dieu ce jour-là  ».
Donc le verset précèdent «...vous aurez vu l’Enfer… » Normalement fais allusion à ici-bas.
 Dans tafsir almiizàn il est mentionné que sur la forme le verset parle de la vision de l’enfer avant le jour du jugement c’est-à-dire la perception de cela par l’œil du cœur sous l’effet de la foi et de la certitude  comme on l’a remarqué dans le récit d’Ibrahim à propos de la contemplation de la royauté des cieux et de la terre. 11
Certes comme nous l’avons dit certains affirme toutes les deux visions concernent le jour du jugement, mais ils se retrouvent dans de sérieuse difficultés pour expliquer la différence entre les deux, c’est ce  qu’on remarque par exemple lorsqu’on lit les interprétations de fakhu ràzii à ce sujet. 12
De toutes les manières le verset sous la forme explique cette réalité que l’homme peut atteindre le degré de certitude qui fait en sorte que les voiles se lèvent devant lui et qu’il perçoive certains mystères de l’univers.
5- Dans les versets 21 et 22 de la sourate alfourqàn il est écrit : « Ceux (les idolâtres...) qui n’espèrent pas Nous rencontrer disent : « Pourquoi ne fait-on pas descendre sur nous des anges ou [pourquoi] ne voyons-nous pas notre Seigneur [avec nos yeux] ? [Mais] le Jour où ils verront les anges (et les réalités dans la création), ce Jour-là, il ne s’agira pas de bonnes nouvelles pour les criminels ; et [les anges leur] diront : « [Le Paradis] vous est strictement interdit » En effet, ils sont [injustement] enflés d’orgueil en eux-mêmes et ils ont dépassé les limites de l’arrogance. »
En réponse à cette question le Coran dit : « ce jour où ils verront les anges il ne sera plus possible de faire quoi que ce soit ils seront dans les griffes du châtiment de Dieu et ce jour il n’y aura pas de bonne nouvelle pour les criminels ».
Quant à savoir de quel jour il s’agit quand on parle de « ce jour » les commentateurs ont des conceptions : certains disent qu’il s’agit du jour du jugement le jour où les hommes verront les anges. Et d’autres disent qu’en considérant les versets révélés sur les anges de la mort comme ce verset «  Qui est plus injuste que celui [un non-prophète] qui invente un mensonge contre DIEU ou qui dit : « [Il] m’a été révélé [venant de DIEU] », alors que rien ne lui a été révélé ; ou celui qui dit : « Je vais faire descendre (révéler) [un livre] pareil à ce que DIEU a fait descendre ? » Si tu voyais les injustes dans les affres de la mort, les anges étendant les mains [leurs ordonneront] : « Laissez sortir vos âmes. Aujourd’hui vous allez être sanctionnés par le châtiment d’humiliation, parce que vous disiez sur DIEU d’autre que la vérité, vous tourniez orgueilleusement le dos à Ses versets [et à Ses signes] .» 13
Je pense qu’il s’agit de voir les anges au moment de rendre l’âme ou après avoir rendu l’âme et que c’est avant le jour du jugement c’est la position d’ibn Abbas l’un des célèbres commentateurs du Coran. 14
Dans un hadith de l’imam Bàqir nous lisons lorsque la sortie du souffle de vie atteint le niveau de la gorge des croyants les anges les frapperont sur visage et dans le dos en disant «Laissez sortir vos âmes. »  C’est ça la signification du verset : « [Mais] le Jour où ils verront les anges (et les réalités dans la création), ce Jour-là, il ne s’agira pas de bonnes nouvelles pour les criminels ; et [les anges leur] diront : « [Le Paradis] vous est strictement interdit ». 15
Selon ce qui ressort de l’interprétation de ce verset au moment de la mort les voiles sont dégagés des yeux de l’homme et il voit les anges de Dieu et c’est quelque chose qui se passe par intuition.
6-Le verset 94 de la sourate Yousouf revient sur l’histoire du prophète Yousouf lorsque les enfants de Yàcoub très content étaient partis de l’Egypte avec la caravane emportant avec lui sa chemise pour permettre à leur père de retrouver la vue. Ils se rendaient vers Qan’an dès que la caravane se mit en route Yàcoub dit à son entourage « En vérité, je retrouve l’odeur de Joseph, à moins que vous ne pensiez que [à cause de vieillesse] j’ai perdu la raison ».
Yàcoub disait la vérité il sentait l’odeur de la chemise de Yousouf à une très longue distance quelque chose que l’odorat ordinaire ne peut pas percevoir c’est pour cette raison que personne dans son entourage ne sentait la même chose car cette sensation ne leur était pas octroyer raison pour laquelle ils traitaient d’ignorant le vieux de Canaan le grand prophète de Dieu  et ils disaient :« Par DIEU, tu persiste encore dans ton ancienne erreur ! ». 16 Mais lorsque les frères de Yousouf arrivèrent ils comprirent que le vieux disait vrai.
Dans certaines traditions il est mentionné que la distance entre Canaan et l’Egypte est de dix jours et dans certains on parle de huit jours et dans d’autres quatre-vingt farçakh. 17
  Il n y a aucune raison pour que nous considérons que ce verset soit exprimé au sens figuré et que sentir l’odeur de la chemise de Yousouf est une métaphore pour dire que cela devait se produire très bientôt et que cela a été révélé dans le cœur de son père. Comme souvent nous disons je sens l’odeur de la victoire de l’Islam sur les ennemies car la règle de la littérature stipule que tant qu’on peut utiliser les mots au sens réel et faire passer le message on a plus besoin d’utiliser la métaphore ou le sens figuré.
Alors on retient que Yàcoub a eu la perception les voiles se sont levées et avec une sensation supranaturelle il a pu sentir à distance l’odeur de la chemise de son fils à une très longue distance.
 7-Les versets 15 et 20 de la sourate Maryam parlent de la symbolisation ( tajassoum ) des anges de Dieu devant Maryam en effet le Coran dit clairement : « Maryam se retira de sa famille vers un lieu situé à l’orient [pour faire la Prière et adorer DIEU] ; Elle tendit un voile entre eux et elle. Nous lui envoyâmes Notre ange (Gabriel) qui lui apparut sous la forme d’un être humain parfait ». Soit ce voile était pour l’aider à prier Dieu en toute tranquillité ou alors c’était pour faire sa toilette. De toutes les manières peu importe ce que c’était  à ce moment l’esprit de Dieu  ce grand ange vint vers elle sous la forme d’un homme entier sans aucun défaut et très présentable. Maryam fut d’abord terrifiée  mais réalisa que c’était un envoyé de Dieu qui était venu lui passer la bonne nouvelle de la naissance du Messie il se mit à discuter avec elle à ce sujet et le récit apparait en détails dans les commentaires des versets de la sourate Maryam . 18
Certains disent : que l’ange de Dieu c’était ainsi symbolisé à la vue de Maryam (et non sous la forme extérieure et manifeste !)  C’est affirmation est contraire à ce qui parait dans le verset car il  y a aucune raison justifiant cela. Les indices montrent que cette perception c’était manifesté seulement pour Maryam et si y avais quelqu’un d’autre là-bas  peut être il ne pouvait pas voir la même chose raison pour laquelle ce verset exprime la possibilité selon laquelle d’autres personnes en dehors des prophètes peuvent avoir des perceptions de ce genre. 19

Références:
1-Mafàtihu ghayb fakhu din ràzii Abou abdillah mouhamad ibn Amr, dàroul ihyàh touràsoul arabi , Beyrut 1420 lunaire 3eme edition vol 13 page 15.
2-fii zoulal Coran sayyid qutbu ibn Ibrahim chàzaly  dàroul chourùk Beyrut et le Caire 1412 hégire lunaire 17 eme  impression vol 2 page 139 sourate an’àm verset 74 à 94.
3-Albourhàn fii tafsiru Coran sayyed hàshim bahrànii recherche : qismul diràsàtul islàmiyya mou’as’sasa al bi’sa Tehran 1416 hégire lunaire  1 ere impression vol 2 page 432 sourate al an’àm verset 74 jusqu’à 81 , hadith 2. Les hadiths 3 et 4 renvoient à ce sens .
4-Al miizàn fii tafsirul Coran  sayyed mouhamad houssein tabataba’I bureau de la publication islamique de conseil des enseignements de seminaire islamique de Qom 1417 hégire lunaire  5eme impression vol 8 page 348.
5-Douroul al mansour fii tafsir  jalàlul din suyùtii librairie ayatollah maràchi najjàfi Qom 1404 HL vol 3 page 23.
6-Albourhàn fii tafsirul Coran sayyed hàshim bahràni recherche : session des cours islamique de l’institut Persan Tehran 1416 HL 1 ere impression vol 2 page 841 sourate tawbah verset 105 ; bihàrul anwàr mouhamad bàqir majliisi ibn mouhamad taqiyy recherche et correction un groupes de cheurcheurs de dàroul ihyah touràsoul al arabi  Beyrut 1403 HL 2 eme impression  vol 23 page 349  chapitre 20. Des dizaines de hadith sont rapportés  à ce sujet on peut dire que l’ensemble atteind le niveau des hadith fréquement rapporté par toutes les couches , ce genre de hadith est mentioné dans kitàbul kàfii  de mouhamad ibn yàcoub ibn ishàk al qoulaynii ; recherche et correction Ali akbar ghaffàri et mouhamad Orkhondi dàroul koutoul al islomiyya Tehran 1407 HL 4eme impression vol 1 page 219.
7-Minhàjoul birà’a fii chahri nahjoul balàgha Mirza habibullah Hàshim khou’i et Hassan zàdé àmouli , mouhamad bàqir qomré’i recherche correction  Ibrahim miyanji Tehran 1400 HL 4 emem impression vol 5 page 200 ; comme on la dit en haut il y a beaucoup de hadith qui ont ce meme sens cité dans albourhàn fii tafsiroul Coran sayyed hàshim Bahràni session de cours islamique de mou’as’sasa persan Tehran 1416 HL 1 ere impression page 841 sourate tawbah verset 105.
8-Tafsir némouneh Nàsir makàrem shiràzi dàroul koutouboul islàmiyya 1374 Hégire solaire 1 ere impression vol 22 page 484-494.
9-Al miizànu fii tafsirul Coran sayyed houssein tabatab’I vol 19 page 30.
10-Tafsiru nourou çaqalain Abda ali ibn joum’a arouskhouési recherche sayyid hàsim rasoùli mahallah les éditions islma’illiyà’n Qom 1415 Hégire lunaire 4 eme impression vol 5 page 153 sourate Najm verset 5 à 31 hadith 34.
11-Almiizàn fii tafsirul Coran vol 20 page 352.
12-Mafàtihoul ghayb vol 32 page 276 sourate taqàsour jusqu’au verset 8.
13-Sourate an’àm verset 93.
14-Mafàtihoul ghayb vol 24 page 450, sourate alfourqàn verset 21 à 24.
15-Abourhàn fii tafsir vol 4 page 117 sourate alfourqàn verset 22.
16-Sourate Yousouf verset 95.
17-Majma’ou bayàn fii tafsirul Coran Fadl ibn hassan tabrassi les éditions nàsirouskhout Tehran 1372 HS 3 eme impression vol 5 page 402 , mafàtihoul ghayb vol 18 page 507 sourate Yousouf verset 94 à 98.
18-Tafsir némouneh Nasir Makarem shiirazi vol 13 page 32 et 33 sourate Maryam verset 16 à 21.
19-Compilé à partir des livres Message du Coran Nasir Makarem Shirazi daroul koutouboul islamiyya Téhéran 1386 hégire solaire 9eme impression vol 1 page 250.

Date de diffusion: « 1395/07/08 »

Similaires

Index des suggestions
*Texte
*Code de sécurité http://makarem.ir
Nombre de visiteurs : 507